Passer au contenu principal

Les équipes

Partners

Le tournant du Grand Chelem : Une première mi-temps de rêve pour les Bleus à Cardiff

Le tournant du Grand Chelem : Une première mi-temps de rêve pour les Bleus à Cardiff

En 2010 le XV de France se déplaçait à Cardiff avec deux victoires sur deux et conscient de pouvoir vraiment aller chercher un Grand Chelem en cas de succès.

Avec des succès en Ecosse, puis à domicile contre l’Irlande, les hommes de Marc Lièvremont étaient bien placés pour aller chercher le titre, mais une victoire au Principality Stadium – le Millennium à l’époque – n’est jamais facile.

Après une défaite contre l’Angleterre, suivi par un succès contre l’Ecosse, les Gallois savaient que seule une victoire pouvoir les garder dans la course au titre.

Mais ce soir-là ce sont les Bleus qui ont continué sur leur chemin vers un Grand Chelem, avec une première mi-temps incroyable. Avec une avance de 20 points à la pause, le XV de France avait fait le plus dur et a fini par l’emporter 26-20.

Les essais d’Alexis Palisson, et surtout François Trinh-Duc, on fait la différence lors de cette troisième journée.

LE CONTEXTE 

Les Bleus arrivaient à Cardiff avec un bilan plus que positif au Millennium Stadium, ayant remporté quatre de leurs cinq rencontres dans l’enceinte galloise.

Mais la dernière fois que les Français s’étaient déplacé à Cardiff, les Williams, Shane et Martyn, avaient fait la différence pour offrir un Grand Chelem au XV du Poireau.

Google Ads Manager – Leaderboard

Cette fois-ci, les Bleus étaient en grande forme après un succès 18-9 en Ecosse, puis une superbe victoire contre l’Irlande 33-10.

Mathieu Bastareaud races away from Richie Rees 26/2/2010

Et la confiance était évident lors de 40 premières minutes, avec une interception d’Alexis Palisson sur une longue passe de James Hook.

Morgan Parra a transformé avant de rajouter deux pénalités contre une équipe galloise qui avait du mal en touche et se faisait beaucoup pénaliser.

UNE PREMIÈRE MI-TEMPS PARFAITE 

Menés 13-0 juste avant la pause, les Gallois ont tenté de revenir dans le match avec une percée de Shane Williams côté fermé. Mais la défense française a tenu et juste avant de rentrer aux vestiaires, les Français ont fait le break.

Encore une fois c’était après une initiative de Williams. Il a relancé de ses 30 mètres, mais Yannick Jauzion a bien réussi à le plaquer. En essayant de faire vivre le ballon, Williams a tenté une passe après contact, mais c’est Trinh-Duc qui s’est montré le plus réactif et après avoir jonglé, il est parti aplatir tout seul.

Parra a transformé cette deuxième interception, et le XV du Poireau se retrouvait mené 20-0 par des Bleus qui se nourrissaient des erreurs galloises.

En deuxième période, les locaux ont réagi avec deux pénalités de Stephen Jones et un essai de Leigh Halfpenny. Mais deux pénalités de plus pour les Français ont scellé le sort du match.

Williams a montré l’étendu de son talent avec un superbe essai au long de la ligne à deux minutes de la fin, mais cela n’a rien changé au résultat final.

LA SUITE 

Après le match, Warren Gatland a regretté les imprécisions de son équipe en première période.

Il a dit : « Je suis fier de notre prestation en deuxième période. Après avoir été mené 20-0, et en étant victimes de deux interceptions, on est sorti, on a marqué des points et on a mis les Français sous pression.

« On a concédé deux pénalités stupides à la fin, et on a manqué des occasions, sinon on aurait pu se rapprocher encore plus. »

Si les Gallois ont payé leurs erreurs, les Bleus méritaient leur victoire grâce à une défense étouffante et un réalisme en attaque.

C’est notamment la vision de Trinh-Duc, qui avait lu l’intention de Williams, qui a fait la différence sur ce match. Dix ans plus tard, c’est son successeur Romain Ntamack qui fera la même chose sur la victoire des Français à Cardiff lors du Tournoi 2020.

Mais pour revenir en 2010, les Français ont enchaîné avec une victoire contre l’Italie au Stade de France, avant de venir à bout de l’Angleterre pour remporter le neuvième Grand Chelem de son histoire.